Magazine Culturel Breton      


Abbaye Notre-Dame de Blanche-Couronne
(0 votes, average 0 out of 5)
Patrimoine - Abbaye

Fondée vraisemblablement vers 1126 deuxième quart du XIIème siècle, sur la rive nord de l’Estuaire de la Loire, l’Abbaye de Blanche-Couronne a conservé jusqu’à nos jours, après maintes vicissitudes, son église romane d’origine et les corps de bâtiments conventuels reconstruits au XVIIIème autour du cloître.

Grâce aux recherches du chanoine Georges Durville, entreprises au début du XXème siècle, nous connaissons les traits essentiels de l’histoire de l’édifice.


Cette étude, l’architecture et le site de l’abbaye nous rendent sensibles la vie d’une modeste communauté religieuse et son organisation économique, essentiellement agricole, liée à ses possessions.

Ce témoin rare en Loire-Atlantique d’un ensemble architectural monastique le plus complet du département, a considérablement souffert, tout au long du XX°S.
Le domaine aliéné lors des ventes révolutionnaires, renaît entre 1871 et 1917 comme foyer culturel nantais.

Le peintre Auguste Toulmouche et sa femme y attirent nombres d’artistes et de
personnalités liées au monde de l’art. : le peintre Elie Delaunay, le poète José-Maria
de Heredia, Thomas Dobrée, Marcel Proust et… George Sand. L’Abbaye était alors communément appelée « le château ».

Après la mort de Marie Toulmouche, le département achète Blanche Couronne et envisage d’y installer un hôpital psychiatrique ;  commencent alors des temps difficiles pour l’ancien monastère : émiettement de la propriété, projet de démolition, et refuge, tour à tour, de républicains espagnols, troupes anglaises, allemandes et réfugiés de la poche de Saint- Nazaire.

En 1993, la commune de la Chapelle Launay a acquis, dans un contexte difficile,
une partie des bâtiments, la plus menacée, ce qui a permis d’étendre une protection
partielle au titre des monuments historiques obtenue en 1925 à un classement
en totalité prononcé le 30 septembre 1994.

L’HISTOIRE

Le premièr texte connu est 1161, Ernaud, abbé de Blanche-Couronne, est l'un des juges qui arbitrent un différend entre les chanoines de la cathédrale Saint-Pierre de Nantes et les moines de Quimperlé pour la propriété de l'église de Notre-Dame dans la ville de Nantes.
En 1180, plusieurs abbayes, dont celle de Blanche-Couronne, contribuent à l'achèvement de l'église de la Grainetière. Certains auteurs pensent que l'abbaye aurait été fondée pour seize religieux en 1160.
L'abbaye de Blanche-Couronne, qui a compté, parmi ses abbés, des cardinaux de Mâcon et de Lorraine, a été réformée par Claude Cornulier, de 1638 à 1681.

L'architecture de l'église à Chevet plat plaide pour une fondation cistercienne, ainsi que l'affiliation de l'abbaye avec celle de la Grainetière en Vendée.
En 1410, la bulle du pape Jean XXIII, dit formellement que l'abbaye est de l'Ordre de saint Benoît.
En 1652, adhésion à la congrégation des Bénédictins de Saint-Maur qui reprennent l'abbaye en 1719, réparent la chapelle et en 1743 refont une partie des bâtiments.

En 1765, elle fût rattachée à celle de Saint Jacques de Pirmil.

En 1767, les derniers moines quittent l'abbaye pour se retirer à Pirmil.

En 1790, elle devient bien national. Revendue en 1791 pour 120 000 francs à
René Vigneron de la Jousselandière (époux de Catherine Girard et homme de loi
résidant à Beauvoir et devenu administrateur de la Vendée).
Ils vinrent habiter Blanche-Couronne dés 1794, en période encore très troublée.

En 1841, elle devient la propriété de la famille Lecadre,
négociant français, ayant des habitations aux Antilles puis des enfants dont Madame
Auguste Toulmouche.
Les Toulmouche sont une famille d'artistes qui fait du bâtiment un foyer culturel intense.
Le peintre Toulmouche recevait fréquemment son cousin le poète José Maria
de Heredia.

En 1922, le département l'acquiert pour en faire un hospice d'aliéné durant sept ans.
Reprise par deux propriétaires en 1929, l'abbaye connaît l'occupation allemande
pendant la Seconde Guerre mondiale.

Aujourd'hui une association, les compagnons de Blanche-Couronne, tente de faire revivre ce lieu :
. En 1994, le bâtiment a été classé en totalité
au titre des Monuments Historiques. Le bâtiment appartient désormais à la commune
et à l'association.

 

Soutenez cette association : http://www.abbaye-blanche-couronne.fr

Hits
Rétrolien(0)
Commentaires (0)Add Comment
Ecrivez un commentaire
 
 
Réduire l'éditeur | Agrandir l'éditeur
 

security image
Entrez les caractères affichés


busy
 

Actuellement sur ArtOuest

Nous avons 119 invités en ligne
Annonces de Locations de Vacances en BretagneGuide du Tourisme en Bretagne
Copyright © 1999 - 2017 ArtOuest. Site Web Breton par les Editions BonjourChezVous 
Guides Bretagne : Annuaire | Location Vacances | Tourisme   Portail de la culture par le ministere de la culture et de la communication   RSS 2.0