Magazine Culturel Breton      


Séparation du groupe La Tordue - Communiqué de presse
(0 votes, average 0 out of 5)
Musique - Actualité musicale
Le groupe La Tordue se sépare dans un dernier concert d'adieu à Rennes
RENNES (AFP) - Le groupe La Tordue, formé en 1989 dans la mouvance de la chanson néo-réaliste française, s'est séparé dimanche soir au cours d'un dernier concert d'adieu à Rennes, leur ville d'adoption. Les trois membres du groupe, Benoît Morel (chant, bandonéon, percussions), Eric Philippon (guitares, contrebasse, bandonéon, grosse-caisse, chant) et Pierre Payan (accordéon, piano, synthé, cuivres, basse, scie musicale, percussions, guitares), ont décidé de reprendre chacun leur liberté artistique au terme d'une aventure de 14 ans, marquée par cinq albums dont un live, et plusieurs milliers de concerts dans toute la France.

Lors d'un dernier concert, dimanche soir à la salle de la Cité à Rennes, ville d'où est originaire le chanteur Benoît Morel, et où se sont installés les autres membres du groupe, le trio a revisité en deux heure l'essentiel de sa carrière, alternant chansons néo-réalistes aux textes engagés, morceaux plus rock et musiques métissées (reggae, ska, polka).

Depuis "Les choses de rien", leur premier album (1996), les comptines de La Tordue ont toujours été teintées de réalisme et de poésie, et les ritournelles populaires au rendez-vous, avec des textes humanistes et ludiques.

Régulièrement engagé dans des combats humanitaires et politiques - contre le racisme et le Front national dans "La bête", sur l'album "T'es fou", le lobby militariste ("La guerre") ou les "grenouilles de bénitiers" (dans "Bon dieu", "I.N.R.I." et "Où va-t-on?") -, le groupe a vivement soutenu les intermittents du spectacle dans l'été, en annulant plusieurs concerts, et a dénoncé dans son dernier album "Champ libre" la double peine qui frappe les étrangers ("Le Pétrin").

Mais le groupe savait également manier douceur et poésie, avec des adaptations de textes de Baudelaire (" A une mendiante rousse "), Aragon ("Je tombe"), du chansonnier anarchiste Gaston Couté ("Sur le pressoir") ou des compositions plus personnelles de Benoît Morel (" Les Mots ", " Lola ", où ils chantaient : " C'est fou comme la poésie peut nous mener en bateau, vers des escales inouïes où nous jette l'encre des mots ").
Hits
Rétrolien(0)
Commentaires (0)Add Comment
Ecrivez un commentaire
 
 
Réduire l'éditeur | Agrandir l'éditeur
 

security image
Entrez les caractères affichés


busy
 

Actuellement sur ArtOuest

Nous avons 175 invités en ligne
Annonces de Locations de Vacances en BretagneGuide du Tourisme en Bretagne
Copyright © 1999 - 2017 ArtOuest. Site Web Breton par les Editions BonjourChezVous 
Guides Bretagne : Annuaire | Location Vacances | Tourisme   Portail de la culture par le ministere de la culture et de la communication   RSS 2.0