Magazine Culturel Breton      


La Photographie argentique - compréhension d'une technologie
(0 votes, average 0 out of 5)
Photographie - Histoire de la photographie
 En photographie argentique, la pellicule est constituée d'un film support en plastique, recouvert d'une émulsion : c'est une couche de gélatine sur laquelle sont couchés en suspension des cristaux d'halogénure d'argent ; pour les émulsions modernes il s'agit de bromure d'argent (AgBr).
Chaque cristal est formé de plus d'un milliard d'ions d'Argent (Ag+) et d'ion brome (Br-) organisés en un réseau cubique. Lors de l'exposition à la lumière, une image latente se forme: une pluie de photons provenant de la partie éclairée du sujet s'écrase sur la pellicule; pour chaque photon absorbé, se forme une paire électron-trou : un électron se libère du réseau et va être capté par un ion Ag+. Cet ion Ag+ est réduit, c'est-à-dire qu'il se transforme en un atome d'argent qui est exclu du réseau cristallin.


Pour chaque cristal, selon l'intensité lumineuse de la partie du sujet qu'il décrit, de zero à une dizaine d'atomes se forment.

Ces atomes ont tendance à s'agglutiner pour former un "agrégat" ou "cluster".


Pour les émulsions actuelles, seuls les cristaux contenant au moins trois atomes d'argent pourront être réduits lors du développement photographique, en particules noires visibles par l'œil humain (les grains d'argent).


Le développement est un phénomène d'accélération de la réduction des ions Ag+ en atomes d'argent: les cristaux contenant un agrégat ayant un potentiel électrique supérieur à celui du révélateur, c'est-à-dire un agrégat de trois atomes ou plus, vont attirer les électrons du révélateur vers les ions du cristal, qui vont finir par tous être réduits.

En revanche, les autres cristaux n'atteignant pas la masse critique de 3 atomes en agrégat rendent des électrons au révélateur et se transforment en ions invisibles.

Ces ions seront ensuite dispersés lors d'une phase de lavage et de fixage.

C'est la gélatine qui isole les cristaux les uns des autres et leur permet de réagir individuelement.


A cause d'un phénomène de recombinaison rapide de la paire électron-trou sans effet chimique, et de l'oxydation par le trou de certains atomes d'argent provisoirement formés, le rendement de la réaction de formation initiale des atomes d'argent est de 0.20 atomes par photon.

Il faut donc 15 photons pour produire les 3 atomes d'argent nécessaires à la formation des grains lors du développement.

D'un point de vue macro, on peut donc constater que 80% de la lumière qui arrive sur la pellicule est non-assimilée.

Une publication de décembre 1999 dans la revue Nature par Jacqueline Belloni, Mona Treguer, Hynd Remita et René de Keyser montre qu'on peut décupler le rendement de cette réaction en incorporant dans l'émultion du formiate d'argent (HCO2-), qui agit comme un "piège à trou", c'est-à-dire un inhibiteur des phénomènes compétitifs qui limitent habituelement le rendement de la réaction.


La société de chimie Agfa est détentrice de brevets déposés à la suite de cette découverte, mais aucune application commerciale de cette dernière n'est encore apparue sur le marché.
Hits
Rétrolien(0)
Commentaires (0)Add Comment
Ecrivez un commentaire
 
 
Réduire l'éditeur | Agrandir l'éditeur
 

security image
Entrez les caractères affichés


busy
 

Actuellement sur ArtOuest

Nous avons 139 invités en ligne
Annonces de Locations de Vacances en BretagneGuide du Tourisme en Bretagne
Copyright © 1999 - 2017 ArtOuest. Site Web Breton par les Editions BonjourChezVous 
Guides Bretagne : Annuaire | Location Vacances | Tourisme   Portail de la culture par le ministere de la culture et de la communication   RSS 2.0