Magazine Culturel Breton      


PARIS COMBO - l'alchimie Zickale pure !
(0 votes, average 0 out of 5)
Musique - Musique Rock Pop
Dans la lignée des Négresses Vertes, Paris Combo métisse les genres joyeusement. Leur cuisine musicale est sans frontière culturelle ni géographique. A l'image du groupe. Créé en 1995, le groupe Paris Combo réunit des musiciens issus d'horizons divers. Le cour de la formation en est la chanteuse Bénédicte Grimault, plus connue sous son nom de scène, Belle du Berry. Cette jeune femme née en 66 est originaire de Bourges. Après plusieurs boulots dans le milieu musical, cette comédienne et chanteuse participe à de nombreuses expériences de groupe. Elle démarre avec les PPI, les Pervers Polymorphes Inorganisés. Puis vers 88-89, fonde avec quelques musiciens le groupe des Endimanchés. Accordéon et reprises années 30 sont au programme. A la suite, elle fait partie des Champêtres de Joie, qui est en fait issu des Endimanchés. Même répertoire, même profil.

En 92, Bénédicte alias Belle travaille avec le chorégraphe Philippe Decouflé sur les ballets créés pour l'ouverture des Jeux Olympiques d'hiver d'Albertville dans les Alpes françaises. Côté groupe, elle fait partie au début des années 80 de Cabaret Sauvage. C'est à cette époque qu'elle rencontre Potzi, un guitariste de jazz dont la fibre gitane louche vers Django Reinhardt, et Jean-François Jeannin, dit à l'occasion François-François, batteur des Champêtres de Joie ainsi que du Cabaret Sauvage.



Combo

Ensemble, ils montent Paris Combo, accompagnés en cela par l'Australien David Lewis, trompettiste et ancien compagnon de scène d'Arthur H et de Manu Dibango, et du contrebassiste malgache, Manohisa Razanajato. Le groupe tient son nom de ces petites formations jazz des années 30, appelées combo par abréviation de l'anglais combination. Quant à Paris, lieu des rencontres et des métissages musicaux, c'est le ciment de la formation.

C'est sur scène que Paris Combo fait ses preuves. Mais les cinq membres du groupe ont déjà une riche expérience des planches et du public. Leur style lorgne vers la chanson gouailleuse et parigote de l'entre-deux-guerres agrémentée d'influences latino, jazzy, orientales ou gitanes. Mais c'est bien dans les années 90 que le répertoire du groupe est ancré. La voix perchée de Belle du Berry mène la danse au milieu de ses compères mêlant leur talent dans de joyeuses orchestrations.

C'est le 20 mai 1997 que sort leur tout premier album. Le premier extrait qui en est tiré est "Moi, mon âme et ma conscience". Dès lors, leur horizon professionnel prend du large. On les voit en août 97 au Popkomm en Allemagne, puis ils donnent une série de concerts sur la Guinguette Pirate, bateau ancré sur les quais parisiens. A l'automne ils démarrent une longue tournée française qui fait escale au New Morning à Paris du 4 au 6 novembre.

En janvier 98, ils sont sélectionnés pour les Talents 98. Cette manifestation qui présente les "espoirs" de la chanson française, donne lieu à des concerts de promotion sous le superbe chapiteau ambulant du Magic Mirrors au Midem (Marché International du Disque) à Cannes. En avril suivant, ils sont invités au festival du Printemps de Bourges, quelques jours avant de s'envoler au festival de Lafayette en Louisiane. Sur un rythme aussi enlevé que leur répertoire, ils enchaînent en assurant la première partie des Américains de G-Love et Special Sauce au Bataclan. Puis l'été arrivant, retour sur les scènes estivales dont celle des Francofolies de Montréal en juin puis de la Rochelle en juillet.



Export

En octobre 98, les membres de Paris Combo prennent une licence américaine via le label Tinder Records. Ce privilège, réservé à très peu de Français, leur permet d'être promus et distribués sur le territoire américain et de pouvoir y donner quelques concerts. Une première tournée est organisée du 8 au 24 mars à travers neuf villes américaines. Le succès est à la clé et en deux mois, 15.000 de leurs albums sont écoulés aux Etats-Unis.

Fort de ce succès américain, le groupe voit son album sortir en Allemagne en avril 99, puis en Australie. Mais leur événement de ce printemps 99 est un tout nouveau CD, "Living Room", douze titres dans la lignée de leur premier album : une délicieuse cuisine entre musiques du monde, Orient, Amérique latine, jazz. La tournée qui entoure ce dernier disque fait escale les 31 mai et 1er juin à la Maroquinerie de Paris pour deux concerts diffusés en direct sur Internet.

Incontestablement accros à la scène, les membres de Paris Combo se produisent pendant l'année 2000, une cinquantaine de fois en France pendant la première moitié de l'année. Par la suite, ils tournent en Australie où leur album vient de sortir ainsi qu'aux Etats-Unis. Dans ces deux pays, ils reçoivent un très bon accueil alors qu'on les classe en world music. Ils se produisent aussi les 6 et 7 décembre à Paris à l'Olympia.



Attractif

Alors que "Living room" vendu à plus de 100.000 exemplaires, est sorti sur le label indépendant Boucherie Productions et distribué par Universal, le groupe signe pour un troisième album avec la maison de disques Polydor (filiale d'Universal). Toujours aussi inclassable dans un genre musical précis, "Attraction" sort en novembre 2001. Elaboré en studio, l'album est musicalement plus varié que les précédents mais toujours aussi swing.

Entre janvier et mai 2002, le groupe qui reste une valeur essentielle de l'export musical français, tourne en Australie, Asie et Etats-Unis avec un passage dans l'Hexagone fin avril. A partir du 16 mai, ils repartent pour une tournée française qui les mène à l'été.

Plus d'infos sur : http://www.pariscombo.com
Hits
Rétrolien(0)
Commentaires (0)Add Comment
Ecrivez un commentaire
 
 
Réduire l'éditeur | Agrandir l'éditeur
 

security image
Entrez les caractères affichés


busy
 

Actuellement sur ArtOuest

Nous avons 388 invités en ligne
Annonces de Locations de Vacances en BretagneGuide du Tourisme en Bretagne
Copyright © 1999 - 2017 ArtOuest. Site Web Breton par les Editions BonjourChezVous 
Guides Bretagne : Annuaire | Location Vacances | Tourisme   Portail de la culture par le ministere de la culture et de la communication   RSS 2.0