Magazine Culturel Breton      


Sea Launch, une fusée au milieu de l'Océan
(7 votes, average 1.57 out of 5)
Actualité - Nouvel article

Au départ, ça ressemble à un beau rêve d’ingénieur. Une fusée, un bateau pour la transporter, une plate-forme pétrolière pour la lancer en plein océan. Le genre de chimère qui reste le plus souvent dans les cahiers à spirales de quelque illuminé à bretelles. Ca fait rigoler leurs potes, s’esclaffer leur banquier, gondoler leur chefaillon. Puis tout le monde fait une bise à Bobonne, va se coucher et on n’en parle jamais plus.


    Sauf quand l’ingénieur s’obstine. Qu’il se cramponne. Et que finalement, il arrive à mener à bien son projet. Ce qui donne, pour notre histoire de fusée océanique, Sea Launch, un étrange attelage russo-américano-ukraino-norvégien, piloté par Boeing et basé aux îles Caïman. But avoué : concurrencer Ariane et Soyouz, les deux leaders mondiaux du lancement de satellites commerciaux. En tirant une fusée d’une plate-forme dans le Pacifique, quasiment sur l'équateur, ce qui permet, pour une raison que je ne comprendrai certainement jamais, de lancer des charges plus lourdes.

    Niveau logistique, on a déjà vu plus simple. Les différents étages de la fusée sont construits en Russie (Moscou) et en Ukraine (Kiev). Acheminés par rail jusqu’au port de Nikolaiev, près d’Odessa, sur la mer Noire. Chargés sur un bateau, et vogue la galère. Dardanelles, Bosphore, Mer Egée, Méditerranée, Gibraltar, Atlantique, canal de Panama. Et enfin, arrivée à Long Beach, en Californie, le QG de Sea Lauch, après 32 jours de mer.

 



    Et ce n’est pas fini. La fusée est ensuite assemblée dans le gigantesque navire de commande, Sea Launch Commander, puis transbordée dans le hangar climatisé de la plate-forme, joli morceau de 133 mètres sur 67. Laquelle met en marche ses moteurs de 24 000 CV, et arrive  en une dizaine de jours sur le lieu du lancement, au large des îles Kiribati, où la fusée est dressée à la verticale.

    La mise à feu est ordonnée depuis le navire de commandement, à cinq kilomètres du site de lancement. La plate-forme, haute de 42m et montée sur ballasts, est conçue pour s’enfoncer d’une vingtaine de mètres dans les eaux au moment du décollage, assurant la stabilité de l’ensemble.

 
    Très joli quand ça marche. Le problème, c’est que ça ne marche pas toujours. Le 30 janvier 2007, une fusée Zénith-3SL et ses deux satellites explosent en plein décollage, endommageant gravement la plate-forme, qui ne sera remise en service qu’un an plus tard. « Une fusée qui part vers le bas au lieu de s’envoler, ça la fiche mal », pouffera même Jean-Yves Le Gall, patron du concurrent Arianespace. Je vous laisse en juger :


    Sea Launch ne se remettra jamais de ce vilain bide sous-marin. Dommage, car l'histoire est belle. Odyssey est à l’origine une vieille plate-forme pétrolière japonaise, battant pavillon libérien, détruite par un incendie en 1989 en mer du Nord. Rachetée à vil prix par un groupe norvégien, elle est mise au rebut sur un chantier, où un ingénieur aussi russe que moustachu repère cette énorme araignée de métal à dix pattes.

    Une base spatiale mobile et flottante : Boeing est vite conquis. Archi-dominé sur les lancements de satellites commerciaux, le géant yankee de l’aéronautique enrage de s’être fait griller la politesse par les laborieux Européens d’Arianespace, et, pis encore, par les poussiéreux Popov de Soyouz, 1700 lancements au compteur depuis leur base de Baïkonour (Kazakhstan). Le tour de table est réuni en 1995, la plate-forme et le navire de commandement achevés en 1997. Coût total : 500 millions de dollars.

    Plus de dix ans plus tard, Sea Launch n’a pas réussi à se muer en alternative crédible aux gros concurrents. D’autant qu’Arianespace et Soyouz ont eu l’heureuse idée de s’allier au sein d’une coentreprise, Starsem, leader incontesté du secteur. Un pas de tir pour Soyouz est même en voie d’achèvement à Kourou, base guyanaise d’Ariane. Au moins, là, pas de risque de mal de mer.

Source : http://sobiz.over-blog.com/

Hits
Rétrolien(0)
Commentaires (0)Add Comment
Ecrivez un commentaire
 
 
Réduire l'éditeur | Agrandir l'éditeur
 

security image
Entrez les caractères affichés


busy
 

Actuellement sur ArtOuest

Nous avons 132 invités en ligne
Annonces de Locations de Vacances en BretagneGuide du Tourisme en Bretagne
Copyright © 1999 - 2017 ArtOuest. Site Web Breton par les Editions BonjourChezVous 
Guides Bretagne : Annuaire | Location Vacances | Tourisme   Portail de la culture par le ministere de la culture et de la communication   RSS 2.0