Magazine Culturel Breton      


La Tapisserie de Bayeux - Patrimoine de la reine Mathilde ?
(9 votes, average 2.78 out of 5)
Patrimoine - Patrimoine du monde
La Tapisserie de Bayeux - Patrimoine de la reine Mathilde ?
Tapisserie de Bayeux - La tapisserie de Bayeux, aussi connue sous le nom de tapisserie de la reine Mathilde, semble avoir été commandée par Odon de Conteville, évêque de Bayeux, demi-frère de Guillaume le Conquérant. Elle décrit les faits relatifs à la conquête de l'Angleterre en 1066.
Elle détaille les événements clés de cette conquête, notamment la bataille de Hastings. Il faut toutefois noter que près de la moitié des images relatent des faits antérieurs à l'invasion elle-même.


La tapisserie de Bayeux n'est pas, à proprement parler, une tapisserie ; en effet, de par sa construction, elle relève de la broderie, de huit teintes naturelles de laines sur des pièces de lin bis. Elle est divisée en une série de panneaux, d'une longueur totale de soixante-dix mètres pour une hauteur de cinquante centimètres. Sa présentation, sous formes d'images distinctes, permet à certains d'y voir l'ancêtre de la bande dessinée, mettant en scène 126 personnages. Cependant, le fait que, suivant les spécialistes, il y ait de 30 à 70 images distinctes relativise ce point de vue. Chaque scène est assortie d'un commentaire en latin.


Origines de la tapisserie

Si une majorité d'historiens s'accordent à penser que c'est bien Odon qui commanda cette tapisserie pour orner la nef de la nouvelle cathédrale de Bayeux, inaugurée en 1077, la discorde règne encore quant à qui la fabriqua. Pour certains, c'est la reine Mathilde, aidée de ses dames de compagnie, qui la fabriqua ; pour d'autres, elle fut fabriquée, soit dans le Kent, soit à Winchester, dans le Hampshire, vingt ou trente ans après les événements qu'elle relate.


Contenu historique de la tapisserie de Bayeux

Les images de la tapisserie relatent les aventures du duc Harold Godwinson, beau-frère du roi Édouard le Confesseur, dont le navire fit naufrage sur les terres du comte Guy de Ponthieu (dans la Somme actuelle) en 1064. Il fut sauvé et capturé par Guy qui envisageait de le libérer contre rançon. Hélas, un espion de Guillaume, visible sur la tapisserie, était là. Guillaume exigea de Guy qu'il lui remît Harold, ce qui fut fait. Guillaume adouba Harold chevalier à Rouen. C'est lors de cette cérémonie, qu'on voit sur la tapisserie, que Harold jura, sur les os d'un saint (très important à l'époque) à Guillaume de le soutenir pour succéder à Édouard sur le trône de ce qui n'était pas encore l'Angleterre, une promesse sur laquelle il revint plus tard, ce qui lui valut son excommunication par le pape. Ensuite, sur la tapisserie, on voit Harold retourner en Angleterre et se faire acclamer roi après la mort d'Édouard.

La tapisserie reflète le point de vue normand de l'histoire, notamment en justifiant l'invasion de Guillaume par sa légitimité au trône. Harold y est représenté comme un fourbe, parjure, reniant un serment sacré, alors qu'il semble que l'on ne trouve de relation de ce serment que dans la tapisserie et dans la Gesta Guillelmi de Guillaume de Poitiers, une autre source normande, écrite peut-être dix ans après la conquête normande de l'Angleterre. Cela dit, on s'accorde généralement à penser que ce serment eut bien lieu mais qu'il y aurait peut-être eu tromperie, puisque Harold aurait affirmé qu'il ne savait pas qu'il y avait des os d'un saint cachés sous le livre sur lequel il jura.

Ensuite, sur la tapisserie, nous voyons les préparatifs de Guillaume pour son invasion de l'Angleterre ; puis des images de la bataille d'Hastings. À ce sujet, on a longtemps cru que Harold y était représenté mourant d'une flèche dans l'œil, mais on pense, de nos jours, qu'il y a eu confusion sur la personne, le frère d'Harold étant mort d'une flèche dans l'œil.

La tapisserie contient aussi une représentation d'une comète, probablement la Comète de Halley.


Autres apports

La tapisserie nous apporte une connaissance quant à des faits historiques dont nous avons peu de trace par ailleurs. Sa présentation, sous forme d'images, la rendit tout au long des siècles accessible à tous alors que peu savaient lire.

La tapisserie est inestimable quant à la connaissance de la vie de l'époque ; d'abord sur les techniques de broderie du XIe siècle, notamment l'apparition de ce qui est nommé depuis le point de Bayeux ; ensuite sur nombre de techniques de l'époque, puisque y apparaissent des constructions de châteaux, de bateaux (la flotte d'invasion de Guillaume). Y figurent aussi des vues de la cour de Guillaume, de l'intérieur du château d'Édouard, à Westminster. Nous y voyons nombre de soldats, ce qui a permis de se faire une meilleure idée de leur équipement. Ainsi, sont bien visibles des signes distinctifs sur les boucliers, ce qui était peu répandu jusqu'alors. Toutefois, les soldats y sont représentés se battant mains nues alors que toutes les autres sources écrites de cette époque font apparaître que les soldats se battaient (et chassaient) presque toujours gantés.


Histoire de la tapisserie de Bayeux

La tapisserie a traversé les siècles jusqu'à nous de manière chaotique. Elle fut pendant plusieurs siècles exposée à Bayeux, avec des périodes de troubles durant lesquelles elle fut cachée, notamment durant la Révolution française. Au XIXe siècle elle fut l'objet de nombre d'études scientifiques et d'une restauration achevée à Bayeux en 1842, suite à quoi elle fut exposée sous verre. Elle fut à nouveau cachée pendant la guerre franco-prussienne de 1870 puis durant la Seconde Guerre mondiale.

À l'heure actuelle, elle est exposée au Centre Guillaume le Conquérant, à Bayeux.
Hits
Rétrolien(0)
Commentaires (0)Add Comment
Ecrivez un commentaire
 
 
Réduire l'éditeur | Agrandir l'éditeur
 

security image
Entrez les caractères affichés


busy
 

Actuellement sur ArtOuest

Nous avons 201 invités en ligne
Annonces de Locations de Vacances en BretagneGuide du Tourisme en Bretagne
Copyright © 1999 - 2017 ArtOuest. Site Web Breton par les Editions BonjourChezVous 
Guides Bretagne : Annuaire | Location Vacances | Tourisme   Portail de la culture par le ministere de la culture et de la communication   RSS 2.0