Magazine Culturel Breton      


Oiseau de Feu - entièrement reconstruit à l’identique
(0 votes, average 0 out of 5)
Patrimoine - Vieux gréements

Construit en 1937 au chantier Camper & Nicholson de Gosport (Angleterre) pour Ralph Hawkes, commodore du Royal Ocean Racing Club, Firebird X est le dernier et le plus abouti des voiliers de course au large dessinés par Charles Nicholson, un des architectes navals les plus talentueux de son époque (Il dessina tous les defis en Classe J de la Coupe de l'America).
Firebird X, gréé en cotre, participa à de nombreuses régates (Fastnet Race, Cowes-Dinard), jusqu’en 1962, finissant toujours ou presque sur le podium. Cette année-là, il fut racheté par Français Pierre Cointreau (des liqueurs Cointreau) qui le ramena en Bretagne, lui donnant le nom de Flame II et l’utilisant surtout en croisière, pendant 8 ans. Puis il passa entre les mains de Henri Rey sous le nom de Vindilis II pendant 3 ans avant d’être racheté par Michel Perroud qui lui redonna son nom d’origine, quoique francisé : Oiseau de Feu.


Oiseau de Feu fut entièrement reconstruit à l’identique au chantier Raymond Labbé, le plus renommé de l’époque, sous le contrôle de Guy Ribadeau-Dumas qui lui dessina un nouveau gréement de Yawl plus élancé avec 250 m² de toile au près, 550 au portant.

L’Avant-Guerre

La fin des années 30 marque l’avènement des voiliers de course au large. Dans cette optique, Ralph HAWKES, commodore du RORC (Royal Ocean Racing Club), demande a Charles E. Nicholson de lui dessiner un voilier  plus léger et rapide que ces prédécesseurs afin de gagner les régates hauturières comme le Fastnet. En 1937 sort du chantier Camper&Nicholson, Firebird X, dont les lignes racées rappellent l’élégance des 12M JI mais affichant une construction plus robuste adaptée à toutes les conditions de mer et de vent et suffisamment confortable pour partir en croisière. D’une pureté classique, la coque est bordée en teck pour les œuvres vives et en acajou pour les œuvres mortes, le tout sur membrures mixtes acacia et acier.
Jusqu’en 1939, le cotre participe avec succès a bon nombre de courses du RORC : Fastnet, semaine de Cowes, Channel race, Cowes-Dinard…

 
L’Après-Guerre

Après 5 années d’escale involontaire et forcée, il devient la propriété de Hugh M. CRANKSHAW qui  le transforme en yawl et le prive de son bout-dehors et de sa queue de malet mais continue à le faire figurer en hauts des classements, avant de passer le flambeau à J.E GREEN qui lui apportera sans doute les plus belles lignes de son palmarès.

 
L’Arrivée en France

En 1962, il est racheté par Pierre COINTREAU, le fabriquant de liqueurs qui le rebaptise Flame II, lui offre 8 ans de croisière, un pavillon français et une cave à faire rêver plus d’un breton.


De 1970 à 1973, il est la propriété du député de Loire-Atlantique et ancien ministre Henri REY qui le rebaptise Vindilis II et l’emmène en méditerranée pour un programme majoritairement de croisière.

 
Retour aux Origines

Après un remise en état au chantier Pichavant, Michel PERROUD l’acquiert en 1973 et lui redonne son nom d’origine, quoique un peu francisé : OISEAU DE FEU. Fin régatier, il lui rend ses ailes en participant à de nombreuses régates, entre lesquelles croisières et convoyages se succèdent jusqu’en 1983, le bateau rompt ses amarres en rivière d’Auray pendant un orage, crève son bordé contre un parc a huitres et coule. Le bateau renfloué, est sauvé par 6 mois de restauration au chantier Rameau mais ne naviguera que très peu pendant les 6 années suivantes

 
Monument Historique

Racheté par Pierre Lembo en 1989, il est envoyé à Saint-Malo pour une restauration totale au chantier Labbé, alors charpentier de marine le plus célèbre du pays. Le pont en pin est remplacé par du teck, les bordés, varangues et membrures abimées sont  remplacées et les emménagements intérieurs reconstruits conformément à ceux de l’époque. L’architecte naval Guy RIBADEAU-DUMAS lui dessine n nouveau gréement plus élancé, les espars en Spruce étant remplacés par du pin d’Oregon. Dès lors, Oiseau de feu porte 250m2 de toile au prés et 550 au portant.

 

Le 6 Novembre 1992, Oiseau de Feu accède au titre de MONUMENT HISTORIQUE français! Après quelques saisons en Atlantique, il retourne en Méditerranée et continue à figurer en haut des classements de quasiment toutes les régates classiques du circuit.

 

Après un changement de propriétaire en 2007, le bateau continue à être un des classiques naviguant et régatant le plus régulièrement, dans toute la Méditérrannée...

Visitez le site officiel : http://www.loiseaudefeu.com
Hits
Rétrolien(0)
Commentaires (0)Add Comment
Ecrivez un commentaire
 
 
Réduire l'éditeur | Agrandir l'éditeur
 

security image
Entrez les caractères affichés


busy
 

Actuellement sur ArtOuest

Nous avons 174 invités en ligne
Annonces de Locations de Vacances en BretagneGuide du Tourisme en Bretagne
Copyright © 1999 - 2017 ArtOuest. Site Web Breton par les Editions BonjourChezVous 
Guides Bretagne : Annuaire | Location Vacances | Tourisme   Portail de la culture par le ministere de la culture et de la communication   RSS 2.0